29/08/2016

Le joyeux naufragé !

blond.gif

Un ingénieur est en croisière dans les Caraïbes.

 

Un ouragan fait couler le bateau. Il échoue sur une île qui semble être déserte. Pendant quatre mois, il se nourrit de bananes et de coco, mais ne trouve personne à qui parler.

 

Il espère toujours voir un bateau qu’il pourrait alerter.

 

Rien.

 

Un jour, il voit un canot qui approche avec, à son bord, une femme d’une grande beauté.

 

Elle le rejoint sur la plage. Ils découvrent qu’ils étaient sur le même navire. Mais la femme, contrairement à l’ingénieur, avait un canot rempli de vivres et d’équipements divers.

 

– Eh bien oui, j’ai eu de la chance ; et en plus, dans la chaloupe de sauvetage, j’ai trouvé beaucoup de choses qui m’ont bien aidé pour construire une petite maison.

Je vous emmène, c’est de l’autre côté de l’île.

 

Et les voilà partis. Au bout de plusieurs heures de rame, ils atteignent la petite crique où habite madame. Ils rentrent dans un très joli petit cabanon avec chambre, coin salon et coin toilette, aménagé avec goût :

 

– Asseyez-vous. Je vais vous servir une pina colada.

 

– C’est pas vrai, vous avez récupéré ça aussi?

 

Et les voilà en train de boire un coup, et ils se racontent dans le détail leurs quatre mois passés sur l’île.

 

Puis la jeune femme dit :

– J’ai récupéré des rasoirs aussi, si vous en profitiez ? Votre barbe est hirsute. On dirait un cro-magnon.

 

L’homme se fait une toilette complète. Un moment magique dans son existence.

 

– Hmmm, vous faites une bien meilleure impression une fois rasé. Je vais passer dans ma chambre passer une tenue plus… confortable.

 

Un peu plus tard, alors qu’il sirotait sa pina colada, le gars voit revenir la fille en tenue d’Eve. L’ingénieur peut sentir le doux parfum de son corps venir lui chatouiller les narines…

 

Elle s’approche dans son dos et il sent la chaleur de son corps irradier toute sa peau, puis sa bouche vient près de son oreille pour lui chuchoter :

– Dis-moi, ça fait quatre mois que nous vivons seuls, chacun de notre côté, enfin, tu vois ce que je veux dire… Il y a quelque chose qui doit te faire envie, quelque chose dont tout être humain a un besoin irrépressible, quelque chose comme…

 

L’ingénieur l’arrête:

– Non! Ne me dis pas que tu es branchée sur le Net?!?

06:25 Écrit par humour...pas toujours... dans Humour | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | |

Commentaires

Mais qu'il est bête! ça commençait si bien !!!
Bonne semaine Chantal ,la température est toujours bien confortable ici!
Bonne semaine

Écrit par : didier | 29/08/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.