29/11/2016

Voici une théorie intéressante qui donne à réfléchir...

000@.gifUn troupeau de buffles ne peut pas se déplacer plus vite que le buffle le plus lent. Et quand le troupeau est pourchassé par un prédateur, ce sont les buffles les plus faibles qui restent à l’arrière et qui meurent les premiers.

 

Cette règle de sélection naturelle est une bonne chose pour le troupeau dans son ensemble, puisque la vitesse générale et la santé du groupe augmentent avec la disparition régulière de ses membres les plus faibles.

 

De la même manière, le cerveau humain ne peut pas aller plus vite que le plus lent de ses neurones. Or comme chacun le sait, la consommation excessive d’alcool détruit les neurones, mais naturellement ce sont les neurones les plus faibles qui sont attaqués en premier lieu.

 

Dans ce sens, la consommation régulière d’alcool élimine les neurones les plus faibles, faisant du cerveau une machine toujours plus rapide et plus efficace.

 

Le résultat de cette profonde étude neurologique vérifie et valide la relation causale entre les fêtes de fin de semaine et le rendement des mathématiciens, informaticiens, ingénieurs, économistes, avocats, architectes, stagiaires, etc.

 

De cette façon on explique pourquoi, quelques années après la sortie de l’université et après s’être marié, la plupart des professionnels ne peuvent maintenir les niveaux de rendement des étudiants récemment diplômés.

 

Seuls les rares qui persistent à imbiber des litres d’alcool, peuvent maintenir les niveaux intellectuels tels qu’ils étaient durant leurs années estudiantines.

 

Pour toutes ces raisons, ceci est un appel aux armes. Pendant que notre pays est en train de perdre son potentiel intellectuel, nous ne pouvons décemment pas rester à la maison sans rien faire!

 

Allons au bar !!!!!

06:25 Écrit par humour...pas toujours... dans Humour | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | |

Commentaires

A la tienne !!!
Le froid s'installe !
Bonne journée

Écrit par : didier | 29/11/2016

Répondre à ce commentaire

Eh eh... je ne bois pas, mais ici et avec toi, allez tchin tchin ! Bises

Écrit par : jill bill | 29/11/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.