08/10/2017

Gandhi a dit…

En opposant la haine à la haine, on ne fait que la répandre, en surface comme en profondeur… 

00031972.jpg

La non-violence est mon premier article de foi. C'est aussi le dernier article de mon credo !

06:55 Écrit par humour...pas toujours... dans La vie.. | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook | | |

Le bagnard…

Bonne journée000.gifUn homme s’évade après 15 ans de prison…

 

Il entre dans une maison pour voler de l’argent et un fusil et il trouve un jeune couple au lit…

 

Il ordonne à l’homme de sortir du lit et l’attache à une chaise…

 

Il attache ensuite la femme au lit, il se met dessus et l’embrasse dans le cou…

Puis le fugitif se lève et s’en va dans la salle de bain.

 

Le mari tout affolé en profite pour dire à sa femme :

- "écoute ma chérie, c'est un évadé de prison, regarde ses vêtements.

Cela doit faire longtemps qu’il n’a pas vu de femme.

J’ai vu comment il t'embrassait dans le cou.

S’il veut du sexe, ne résiste pas, fais ce qu’il veut.

Donne-lui satisfaction même si ça te répugne.

S’il se fâche, il peut nous tuer. Sois forte chérie."

"Je t’aime !"

 

 

Sa femme lui répond :

"Il ne m’embrassait pas dans le cou."

"Il m’a chuchoté à l’oreille qu’il était Gay, qu'il te trouvait à son goût, et voulait savoir si on avait de la vaseline".

"Je lui ai dit oui, dans la salle de bain"...

"Sois fort chéri.... Je t’aime..."

06:25 Écrit par humour...pas toujours... dans Humour | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | | |

07/10/2017

Guy Bedos a dit…

Il faut payer les enseignants. Sinon, c'est les enfants qui payent… 

(1) (2) (1).jpg

La célébrité n'est pas facile à assumer, je ne vois rien de pire, si peut-être, l'anonymat !

07:07 Écrit par humour...pas toujours... dans La vie.. | Lien permanent | Commentaires (11) |  Facebook | | |

Mais, patron…

@ BISOUS Calmos.gifLes meilleures répliques au bureau?!

 

– Durand, cela fait la quatrième fois que vous arrivez en retard cette semaine. Que dois-je en conclure?

– Que nous sommes jeudi, Chef!

 

***

 

Deux chefs d’entreprise discutent:

– Comment fais-tu pour que tes employés arrivent toujours à l’heure au boulot?

– C’est très simple : 30 employés et seulement 20 places de parking.

 

***

 

– Ne me considérez pas comme votre chef, mais plutôt comme un ami qui a toujours raison.

 

***

 

– Tant que mon chef donnera l’illusion de beaucoup me payer, je donnerai l’illusion de beaucoup travailler.

 

 

***

 

Le chef hurle à sa secrétaire :

– Qui vous a dit que vous pouviez vous permettre de ne rien f…, sous prétexte que je vous ai embrassée quelques fois?

La secrétaire (en se marrant) :

– Mon avocat

 

***

 

– Chef, vous aviez dit que vous m’augmenteriez si vous étiez satisfait de moi!

– C’est exact. Mais je n’ai jamais été satisfait de quelqu’un demandant une augmentation.

 

***

 

– Vous commencez lundi. Nous vous payerons en fonction du travail fourni.

– Je ne pourrais pas vivre avec si peu.

 

***

 

– Nous cherchons une personne qui travaillerait très dur et ne tomberait jamais malade.

– Engagez-moi! Je vous aiderai à chercher.

 

***

 

– Chef, pourrais-je quitter le bureau trois heures plus tôt, pour pouvoir aller faire du shopping avec ma femme?

– Il n’en est pas question!

– Merci, Chef. Je savais que vous ne me laisseriez pas tomber.

07:04 Écrit par humour...pas toujours... dans Humour | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | | |

06/10/2017

Ray Charles a dit…

Je suis aveugle, mais on trouve toujours plus malheureux que soi... 

(1) (2) (6).jpg

 J'aurais pu être noir !

06:55 Écrit par humour...pas toujours... dans La vie.. | Lien permanent | Commentaires (11) |  Facebook | | |

Un prof...

000000000001 cedric 6 ans.jpgUn prof discute des Dix Commandements avec ses élèves de 5 et 6 ans. Après avoir expliqué le commandement “honorer” ton père et ta mère, elle demande :

– Y a-t-il un commandement qui nous enseigne comment traiter ses frères et ses soeurs?

 

Un petit garçon (l’aîné d’une famille) répond:

– Tu ne tueras point.

 

 

 oooOooo

 

Papy explique à son petit-fils :

- Quand j’ai des problèmes de digestion, je bois une bière …

 

- Quand je n’ai pas d’appétit, je bois un pastis

 

- Quand j’ai une baisse de tension, je bois du blanc,

 

- Quand j’ai un peu trop de tension, je bois du rouge

 

- Quand je fais de la tachycardie, je bois un grand verre de whisky,

 

- Quand j’ai un coup de froid, je bois du grog,

 

- Quand j’ai une indigestion, je bois un verre de cognac

 

- Papy, et quand c’est que tu bois de l’eau ?

 

- Tiens, c’est bien d’en parler, c’est une maladie que je n’ai encore jamais eue !

06:25 Écrit par humour...pas toujours... dans Humour | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | | |

05/10/2017

Alexandre Dumas a dit…

Certaines femmes aiment tellement leur mari que, pour ne pas l'user, elles prennent ceux de leurs amies… 

00038576.jpg

Pourquoi n'aimerait-on pas sa femme ? On aime bien celle des autres !

06:55 Écrit par humour...pas toujours... dans La vie.. | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook | | |

Les soirées dansantes...

@ femmes up.gifUn couple fut invité à une soirée d'halloween.

 

L'épouse s'occupa de trouver des costumes pour eux.

 

Mais le soir de l'halloween, elle fut incommodée par un terrible mal de tête.

 

Elle suggéra donc à son mari d'y aller seul.

 

Le mari enfila le costume et se rendit à la soirée.

 

L'épouse, après avoir dormi 1 heure, se réveilla reposée, son mal de tête avait disparu.

 

Comme son mari ne savait pas le costume qu'elle avait, elle pensa qu'il serait intéressant de se faufiler discrètement dans le groupe et d'observer le comportement de son mari.

 

Comment agit-il lorsqu'elle n'est pas à ses côtés?

 

Après s'être rendu à la soirée le premier, elle remarqua son mari.

 

Il se déplaçait tantôt avec une et tantôt avec une autre tout en profitant pour les caresser.

 

L'épouse vêtue d'un costume provoquant décida de séduire son mari.

 

En un rien de temps, elle capta son attention.

 

Il consacra complètement ses énergies à sa nouvelle conquête.

 

Sans tarder, il lui fit de sérieuses avances.

 

Elle le laissa aller aussi loin qu'il le désira et accepta finalement sa proposition.

 

Ils allèrent et sautèrent sur le siège arrière de sa voiture, tous les deux eurent énormément de plaisir.

 

Ils rejoignirent ensuite le groupe à l'intérieur.

 

Juste avant de se démasquer à minuit, elle disparut discrètement.

 

Aussitôt rendu à la maison, elle se coucha.

 

En attendant le retour de son mari, elle essaya de s'imaginer les explications qu'il lui donnerait pour expliquer son comportement.

 

Le mari arriva à la maison et entra dans la chambre à coucher pour s'informer de la condition de sa femme.

 

Elle lui demanda immédiatement: " As-tu eu du plaisir à la soirée? Qu'est-ce que tu as fait? Avec qui as-tu dansé? "

 

Il s'empressa de répondre: " Tu sais chérie, je n'ai pas beaucoup de plaisir dans une soirée dansante quand tu n'est pas avec moi.

 

Pour te dire la vérité, je n'ai pas dansé une seule fois. Quand je suis arrivé à la soirée, j'ai rencontré Robert, Gilles et quelques autres gars qui eux aussi étaient seuls. Ils m'ont demandé d'aller jouer aux cartes au sous-sol, j'ai accepté. J'ai eu pas mal de plaisir, mais le gars à qui j'avais prêté mon costume m'a dit qu'il avait eu une soirée du tonnerre et qu’il n’avait jamais eu autant de plaisir !

06:25 Écrit par humour...pas toujours... dans Humour | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | | |

04/10/2017

Gandhi a dit…

En opposant la haine à la haine, on ne fait que la répandre, en surface comme en profondeur…

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000 bavard  1 amoureux aide 0000000000000000000000.jpg 

La non-violence est mon premier article de foi. C'est aussi le dernier article de mon credo !

06:55 Écrit par humour...pas toujours... dans La vie.. | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook | | |

Catastrophe naturelle ?

10rire.gifRobert Mastard fils, pauvre rejeton d’un agriculteur de Thiérache – oui, le fils de Robert Mastard père himself – est né avec un sacré handicap ; il pue des pieds comme pas possible.

 

Il pue tellement des pieds que tout le monde le fuit. Il ne trouve compagnie qu’auprès des porcs de la ferme.

 

Sans se résigner le moins du monde, Robert junior va consulter le médecin de la famille, et lui demande ce que la science peut faire pour lui.

 

Le docteur le soigne du mieux qu’il peut, essaie sur lui moult traitements, mais rien n’y fait. Au bout d’un moment, le médecin lui dit que la médecine ne peut vraiment rien pour son cas et qu’il va lui falloir vivre avec ça.

 

Le pauvre Robert Mastard se met alors à boire et passe ses soirées dans un café pour routiers au bord de la Départementale Maroilles-Landrecies

 

De son côté, Laurence Darboux est née à quelques kilomètres de là, et n’a pas été gâtée par la nature, elle non plus: elle soufre probablement du pire cas mondial reconnu d’halitose.

 

Pour parler simplement, elle est dotée de l’haleine d’un coyote qui aurait mangé une charogne avariée.

La pauvre Laurence, elle aussi, a consulté les plus grands spécialistes, tant en médecine O.R.L, qu’en gastro-entérologie, mais aucun n’a pu la guérir et elle s’est mise à déprimer.

 

Un jour, par pure coïncidence, Robert Mastard et Laurence Darboux se retrouvent ensemble dans ce café de routiers. Leurs regards se croisent et en un rien de temps, les voilà sur des tabourets du bar, l’un à côté de l’autre. Robert parvient à tenir ses pieds éloignés de Laurence, et Laurence réussit à converser sans projeter son haleine à la face de Robert.

 

Le soir arrive, et ils se décident à concrétiser leur coup de foudre à l’hôtel le plus près.

 

En entrant dans la chambre, Robert se précipite dans la salle de bains. Il se déshabille, se lave, puis trempe ses pieds dans l’eau de Cologne plusieurs fois de suite. Enfin, il roule ses chaussettes! dans une serviette de bains qu’il cache sous l’évier.

 

Laurence le suit dans la salle de bains, elle se brosse les dents pendant 5 minutes, puis se gargarise au Synthol plusieurs fois, et rejoint enfin l’homme de sa vie dans le lit.

 

Elle prend une profonde respiration et se couche sur la poitrine de Robert. Elle le regarde alors dans les yeux et lui dit:

– Robert, avant qu’on ne fasse l’amour, il faut absolument que je te dise quelque chose… d’étrange, euh…

En éloignant son visage de celui de Laurence, Robert lui répond:

– Ne dis rien, j’ai deviné ; tu as mangé mes chaussettes, pas vrai?

06:25 Écrit par humour...pas toujours... dans Humour | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | |