04/03/2018

La femme d'un pasteur attendait un bébé !

@ BISOUS lapine.GIFLa femme d'un pasteur attendait un bébé.  Le pasteur, se tenant devant l'assemblée de ses fidèles, leur demanda une augmentation.

 

Après de longues discussions, ils adoptèrent la règle selon laquelle chaque fois que la famille du pasteur s'agrandirait, ils augmenteraient sa paie.

Après la naissance du 6ème enfant, il commençait à coûter vraiment cher, et l'assemblée décida de tenir une autre réunion pour discuter la nécessité d'une augmentation de salaire.

 

Beaucoup de discussions animées s'ensuivirent : combien d'autres enfants le pasteur pourrait-il encore avoir et combien ça finirait par coûter ?

 

Après les avoir écoutés pendant environ une heure, le pasteur se leva de sa chaise et dit de manière solennelle, d'une voix grave :

- "LES ENFANTS SONT UN DON DE DIEU, ET NOUS EN PRENDRONS AUTANT QU'IL NOUS EN DONNERA".

 

Un lourd silence tomba alors sur l'assemblée.

 

Au fond du temple, sur le dernier banc, une vieille dame, ayant du mal à se tenir debout, parvint à se lever et dit de sa voix frêle :

 

"LA PLUIE AUSSI EST UN DON DE DIEU, MAIS QUAND NOUS EN RECEVONS TROP ... NOUS PORTONS DES   IMPERMEABLES".

06:25 Écrit par humour...pas toujours... dans Humour | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | |

03/03/2018

Serge Gainsbourg a dit...

Je composerai jusqu'à la décomposition... 

(2) (12).jpg

La connerie, c'est la décontraction de l'intelligence !

06:55 Écrit par humour...pas toujours... dans La vie.. | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook | | |

Grand-père et son petit-fils !

garconpleure.gifUne femme, dans un supermarché, observe un grand-père accompagné de son petit-fils d'environ 3 ans. 

Le jeune garçon crie à tue-tête réclamant des bonbons, du chocolat etc.....

 

Pendant ce temps, le Papy continue calmement ses emplettes en répétant sans cesse :

-« William calme-toi, nous ne serons pas ici longtemps... Calme-toi mon garçon. »

 

Nouveaux cris de l'enfant et le grand-père dit à nouveau tout doucement,

-"C'est bon, William, plus que quelques minutes et nous serons sortis d'ici. Calme-toi mon garçon".

 

À la caisse, la petite terreur jette par terre ce qu'il peut attraper dans le panier.

Le grand-père : "William, William, ne te fâche pas, nous serons à la maison dans cinq minutes. »

Très impressionnée, la femme va voir le grand-père qui est en train de placer ses courses dans le coffre de sa voiture et d'asseoir son petit-fils sur son siège.

 

La dame dit au grand-père :

-"Ce ne sont pas mes affaires, mais vous m'avez complètement sidérée par votre calme olympien à l'intérieur du super-marché.

Je ne sais pas comment vous avez fait mais vous avez tout le temps conservé votre sang-froid même si votre petit fils perturbait et dérangeait tous les clients dans le magasin. William est très chanceux de vous avoir comme grand-père. "

 

" Merci beaucoup Madame dit le grand-père, mais William, c'est moi "

" Le nom de ce p'tit con là c'est Kevin et il va se prendre 2 tartes dans la gueule et la raclée de sa vie une fois rentré à la maison."

06:25 Écrit par humour...pas toujours... dans Humour | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | | |

02/03/2018

Jacques Bainville a dit…

Les générations sont solidaires à travers le temps et à travers les sottises… 

(1) (1)(2).jpg

La supériorité des occidentaux tient, en dernière analyse, au capitalisme, c'est-à-dire à la longue accumulation de l'épargne. C'est l'absence de capitaux qui rend les peuples sujets !

06:55 Écrit par humour...pas toujours... dans La vie.. | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook | | |

PRENDRE LE TEMPS....DE DIRE !

13.gifPRENDRE LE TEMPS....DE DIRE !

 

Un jour, un enseignant demanda à ses étudiants d’écrire les noms des autres étudiants dans la classe sur deux feuilles de papier et de laisser un espace entre chaque nom.

 

Puis, il leur dit de penser à la chose la plus agréable qu’ils pourraient dire de chacun de leurs camarades et de le noter.

 

Ça a pris le reste du cours pour finir leur tâche, et chaque étudiant quitta la salle en remettant leurs feuilles à l’enseignant.

 

Ce samedi-là, l’enseignant nota le nom de chaque étudiant sur une feuille individuelle pour chacun, et inscrivit ce que tout le monde avait dit de chacun.

 

Le lundi, elle a donné à chaque étudiant sa liste respective. Avant longtemps, la classe entière souriait.  » Vraiment ?  » qu’elle entendit chuchoté.

 » Je ne savais pas que j’avais autant d’importance pour qui que ce soit !  » et,  » Je ne savais pas que les autres m’aimaient autant.  » fut la plupart des commentaires.

 

Personne n’a plus jamais parlé de ces papiers dans la classe à nouveau.

Il n’a jamais su s’ils en avaient discutés après la classe ou avec leurs parents, mais peu importe. L’exercice était arrivé à son but.

 

Les étudiants étaient contents l’un de l’autre.

 

Ce groupe d’étudiants termina finalement l’année.

 

Plusieurs années plus tard, un des étudiants fut tué au Viêt-nam et l’enseignant assista aux funérailles de cet étudiant spécial. Elle n’avait jamais vu un homme dans un cercueil militaire avant.

 

Il avait l’air si élégant, si mature. L’église fut remplie par ses amis.

 

Un à un, ceux qui l’avaient aimé sont allés pour une dernière fois le voir dans le cercueil. L’enseignant fut le dernier à y aller.

 

Comme il se tenait là, un des soldats qui était porteur du cercueil est venu vers lui. Il lui demanda :

 » Étiez-vous l’enseignant de maths de Marc ?  »

 

Il hocha la tête en signe de « oui ».

Alors il lui dit :

 » Marc m’a beaucoup parlé de vous.  »

 

Après les funérailles, la plupart des anciens camarades de classe de Marc sont allés déjeuner ensemble. Les parents de Marc étaient là, attendant de parler avec son enseignant de toute évidence.

 

 » Nous voulons vous montrer quelque chose,  » dit son père en sortant un portefeuille de sa poche.

 

 » Ils ont trouvé ça sur Marc quand il a été tué. Nous avons pensé que vous pourriez le reconnaître.  »

 

En ouvrant le portefeuille, il a soigneusement enlevé deux morceaux de papier qui avaient évidemment été collés, pliés et repliés plusieurs fois.

L’enseignant a su sans même regarder que les papiers étaient ceux où il avait énuméré toutes les bonnes choses que chacun des camarades de Marc avait dit de lui.

 » Merci beaucoup pour avoir fait cela,  » dit la mère de la Marc.

 

 » Comme vous pouvez le voir, Marc l’a gardé précieusement.  »

 

Tous les anciens camarades de classe de Marc ont commencé à se rassembler autour de l’enseignant.

 

Charlie (l’enseignant) souri d’une façon plutôt gênée et dit :

 » J’ai toujours ma liste dans le tiroir du haut de mon bureau à la maison. »

 

La femme de Chuck (un ancien étudiant) dit :

 » Chuck m’a demandé de mettre le sien dans notre album de mariage.  »

 

 » J’ai le mien aussi,  » dit Marilyne,  » Il est dans mon journal intime.  »

 

Alors Vicky, une autre camarade de classe, prit son livre de poche, en sortit son fragile morceau de papier contenant la liste et le montra au groupe. Puis elle dit :

 » Je porte ceci avec moi tout le temps.  » et sans battre de l’oeil, elle poursuivit :  » Je pense que nous avons tous gardé notre liste.  »

 

C’est à ce moment que l’enseignant s’est finalement assis et s’est mis à pleurer. Il a pleuré pour Marc et pour tous ses amis qui ne le reverraient plus jamais.

 

La quantité de gens dans la société est si grande que nous oublions que cette vie se terminera un jour.

Et nous ne savons pas quand le jour viendra.

 

Alors, s’il vous plaît, dites aux gens que vous aimez et dont vous vous souciez, qu’ils sont spéciaux et importants. Dites-leur avant qu’il ne soit trop tard…

06:25 Écrit par humour...pas toujours... dans Humour | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | |

01/03/2018

Charles Darwin a dit…

L'amour est le miracle de la civilisation… 

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000 bavard  1 amoureux aide 00000000000000000000.jpg

Les espèces qui survivent ne sont pas les espèces les plus fortes, ni les plus intelligentes, mais celles qui s’adaptent le mieux aux changements !

06:55 Écrit par humour...pas toujours... dans La vie.. | Lien permanent | Commentaires (11) |  Facebook | | |

La leçon de psychologie...

01.JPGLa nouvelle institutrice a envie d’inculquer des notions de psychologie à ses élèves.

Elle s’adresse à la classe :

– Que celui qui a l’impression d’être stupide par moment se lève.

 

Après une bonne dizaine de secondes, Toto se lève de mauvaise grâce.

 

Étonnée, l’institutrice lui demande :

– Alors, comme ça Toto, tu penses de temps en temps que tu es stupide ?

 

– Non, Madame, mais ça me faisait de la peine de vous voir toute seule debout.

 

            oooOooo

La belle excuse !

 

Un homme dont les mains tremblent sans interruption va consulter un médecin. Après l’avoir examiné, celui-ci lui demande :

– Vous buvez quoi d’habitude ?

– Du vin, docteur.

– Quelle quantité quotidienne ?

– Bof… 7 ou 8 litres !

– 7 ou 8 litres ? Mon pauvre ami, ne cherchez plus l’origine de vos tremblements. Vous buvez trop !

– Oh, vous savez, docteur, j’en renverse beaucoup…

06:28 Écrit par humour...pas toujours... dans Humour | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | | |

28/02/2018

Carlo Goldoni a dit...

Qui n'a pas quitté son pays est plein de préjugés... 

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000 bavard  1 amoureux aide 000000000000000000000000000000001.jpg

Quand une femme est en colère, quatre petits baisers suffisent pour la consoler !

06:55 Écrit par humour...pas toujours... dans La vie.. | Lien permanent | Commentaires (14) |  Facebook | | |

Partons la mère est belle…

mort de rire.gifAprès le naufrage de leur navire, deux Nioufis vont à la dérive dans un petit canot pneumatique. Ils n’ont pas mangé depuis cinq jours, ni bu depuis deux jours. Soudain, ils voient une lampe à huile flotter sur l’eau.

 

L’un des hommes s’en empare, et en frottant la lampe, un génie en sort, aussi sec !

 

Le génie, très vieux, leur dit :

– Ecoutez les gars, vous m’avez permis de sortir de cette lampe, d’accord, mais moi, j’en ai un peu marre d’accorder trois voeux à chaque fois parce que je suis fainéant et fatigué. Alors vous allez bien réfléchir et formuler un voeu que j’exaucerai. Ensuite je me casse !

 

Le premier, sans réfléchir une seule seconde vocifère :

– Je veux qu’on ait assez de bière à boire pour le reste de notre vie !

 

Et aussitôt, le génie transforme la mer en un océan de bière !

 

Alors le second lui file une énorme claque derrière la tête:

– Bravo Einstein, maintenant on va être obligé de pisser dans le bateau!

06:25 Écrit par humour...pas toujours... dans Humour | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | |

27/02/2018

Victor Hugo a dit...

Respirer Paris, cela conserve l'âme...

 00038801.jpg

Il vient une heure où protester ne suffit plus : après la philosophie, il faut l’action !

06:55 Écrit par humour...pas toujours... dans La vie.. | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook | | |